Vendre le matériel de cours PADI : gestion du risque ou vente forcée ?

bon-choix-mauvais-choix-1024x680

Lorsque je suis en contact avec les centres de plongée, je fais selon les cas des rappels de nos standards.

L’un d’eux consiste a ce que chaque personne qui suit un cours PADI, se voit remettre le matériel de cours correspondant au niveau enseigné.

Mais notre standard précise aussi que ce client reste PROPRIETAIRE  de ce matériel qui est la base de l’enseignement théorique, que c’est son livre de cours PERSONNEL. Si c’est un couple qui se présente dans le centre de plongée, ce sont deux set de matériel de cours qui DOIVENT être remis aux clients.

Si le client arrive avec son propre manuel, pas de soucis mais faites bien copie des quizz du manuel ou conservez les pages des quizz comme preuve. Si le client a fait un eLearning, pas de soucis, la responsabilité de la formation théorique est sur les épaules de PADI, plus les vôtres !

Peu importe le mode de facturation, certains centres pratiquant le “tout compris” et d’autres offrant l’option flexible de matériel de cours “basic”, “avantage” ou “platinum”.

Alors certains n’ont pas encore intégré cela et assimilent cela a une forme de vente forcée… ils préfèrent négocier avec les standards, rogner à ou il le peuvent au lieu d’expliquer clairement ce qu’il en est. C’est justement le but de ce post, de vous expliquer ce qu’il en est…

Tout professionnel qui enseigne une pratique a un profane, endosse la responsabilité de son enseignement, pleine et entière.
Cela concerne la pratique mais aussi la théorie. Si un jour un plongeur formé par ce professionnel devait se blesser (ne pensons pas tout de suite au pire…) il est possible que s’il a des séquelles, vienne tôt ou tard, se poser la question de savoir comment il a été formé…est ce par un professionnel ? a t il suivi les règles de l’art ? etc…

Le professionnel, s’il est membre de PADI, qui se tourne alors vers nous pour avoir notre soutien, va être pris en charge par notre service Assurance Qualité. Notre première demande consiste a demander a notre membre le dossier de formation du plaignant.

Si déjà dans cet examen, nous constatons de de sérieuses failles existent comme le fait que le professionnel n’ait pas respecté nos standards en matière de matériel requis pour le cours, nous ne prendrons pas sa défense en charge.

Il a assumé le cours théorique et donc il assumera sa défense.
Si par contre, il s’avère que ce critère a été respecté, qu’il a bien vendu et remis le matériel de cours a son élève, alors nous pouvons regarder les autres points.

En clair la question qui se pose est la suivante : êtes vous prêts a endosser une totale responsabilité d’enseignement sur vos épaules pour avoir économisé quelques euros sur une formation ou préférez vous entendre PADI répondre présent le jour ou vous en avez besoin, jusque devant le juge du tribunal, et endosser a votre place la responsabilité de l’enseignement théorique que vous aurez respecté et prodigué a votre client ?

Si des indemnités compensatrices doivent être versées au plaignant, quel est votre choix ?

Alors le client examine le prix et tant mieux mais il est nécessaire de lui expliquer ce qui est dans ce prix, ce qui le compose. Ne croyez surtout pas qu’il va aller spontanément au moins cher, cher un faux démon qui ressemble a une peur, la vérité c’est que le client veut comprendre la valeur de ce qu’il achète !

Votre client, pour peu qu’on lui explique, comprendra bien de quoi il s’agit : dites lui que c’est comme si il devait se faire construire sa propre maison avec le choix suivant :

  • Un maçon pas très cher mais qui n’offre pas de garanties
  • Un maçon a peine plus cher mais qui offre une garantie décennale

C’est leur responsabilité mais n’oubliez jamais que c’est surtout la vôtre !

A bientôt

Leave a Reply